Gestion des déchets

Gestion des déchets des produits de protections hygiéniques : comment procéder au mieux ?

L’utilisation des protections hygiéniques durant les menstrues est une pratique commune à 90 % des femmes de la planète. Ces protections, bien que très utiles, représentent pourtant un danger pour l’environnement et sont une grande source de pollution. On estime qu’une seule femme se sert d’environ 15 000 de ces produits au cours de sa vie. Ce chiffre, multiplié par le nombre en croissance de femmes à travers le monde, montre que les déchets menstruels sont aussi dangereux que les plastiques. Les protections menstruelles n’étant pas recyclées, il est indispensable de les gérer au mieux en changeant les pratiques d’utilisation.

Éviter les protections hygiéniques jetables

Les protections hygiéniques jetables sont une norme aux États-Unis depuis 1921. Peu à peu, celles-ci ont migré partout dans le monde et toutes les femmes les ont adoptées. Malheureusement, si au départ elles étaient faites avec des matières naturelles comme le carton et le coton, cela a très vite changé. Jusqu’à une époque encore récente, tous les produits menstruels du marché contenaient du plastique et plus de la moitié en contient encore. Ces produits, une fois utilisés, finissent leur course dans des endroits qui ne leur conviennent pas. Il s’agit :

  • Des poubelles ;
  • Des égouts ;
  • Des incinérateurs ;
  • De l’océan.

Ils ne se dégradent cependant qu’au bout de 500 ans minimum. En évitant de les utiliser, on réduit ainsi leur impact et l’on préserve l’environnement. De nombreuses autres solutions existent pour remplacer les produits jetables.

La culotte menstruelle, un produit écoresponsable

La culotte menstruelle est un moyen efficace pour diminuer sa production de déchets durant les règles. Cette culotte présente de nombreux avantages, comme le fait d’être réutilisable. En effet, elles peuvent servir pendant de nombreuses années. Elles peuvent vous aider à être plus écolo, mais également à faire des économies. Elles sont fines, légères et confortables. On retrouve parmi les culottes Sisters Republic des modèles bikinis et boxers. Ainsi, il existe un modèle qui s’adapte à chaque situation et répondra à chaque besoin. Ces culottes ne contiennent pas de produits toxiques comme celles qui sont jetables et n’ont aucune odeur. De même, elles sont ultras absorbantes, permettent d’éviter l’humidité et luttent contre les fuites. Avec elles, on évite donc les petits accidents, la gêne et le gaspillage. Leur protection dure 12 heures à l’issue desquelles on peut les laver et les réutiliser dès que le besoin se fait sentir. Il existe différentes tailles de culottes de règles. Ce sont :

  • Les modèles light aussi efficaces qu’un tampon et demi ;
  • Les modèles médium qui remplacent deux tampons ;
  • Les modèles super qui absorbent autant que 3 tampons.

Elles obtiennent l’approbation des utilisatrices autant que la serviette réutilisable.

La serviette réutilisable, un allié de l’environnement

Pour les femmes qui ont l’habitude des serviettes hygiéniques, c’est la solution idéale. La serviette réutilisable est en tout point semblable à la serviette classique. Elle se fixe à la culotte et protège cette dernière. Elle est très facile à utiliser et existe également avec plusieurs niveaux d’absorption. On peut se les procurer au rayon bio des supermarchés, dans les pharmacies et dans d’autres points de vente. Elles rencontrent, d’ores et déjà, un grand succès auprès des femmes, car elles sont lavables en machine. La possibilité de les utiliser pendant plusieurs années jusqu’à ce qu’elles s’usent n’est également pas pour déplaire. En outre, il est possible de les fabriquer soi-même en choisissant les tissus pour plus de personnalisation. De plus, on peut concevoir des modèles exclusivement pour la nuit. La serviette réutilisable, encore appelée serviette lavable, possède de nombreux atouts. Elle est écologique, économique, facile à utiliser, facile à entretenir, efficace, naturelle et sans produit chimique nuisible.

Le tampon biodégradable, pour un changement à peine perceptible

Pour changer ses mauvaises pratiques en matière de production de déchets pendant les règles, il n’est pas obligatoire d’être radical. Ainsi, si l’on a l’habitude d’utiliser des tampons, on peut opter pour le modèle biodégradable. Dans ce cas, il faudra faire attention et lire les informations du paquet afin de s’assurer de l’absence de plastique et produits chimiques. Avec cette solution, la transition pour devenir une amie de la nature se fait en douceur. Cette solution, par contre, ne permet pas réellement de réduire ses déchets. Après leur utilisation, il faut tout de même les jeter à la poubelle. Le nombre de tampons utilisé durant sa vie de femme ne baisse également pas et les dépenses peuvent augmenter. Cette solution n’est donc pas conçue pour durer dans le temps, mais pour apprendre à protéger la nature. Heureusement, ces tampons se dégradent au bout de 6 mois et peuvent être utilisés pour faire du compost.

La coupe menstruelle, un succès en cours

La coupe menstruelle est un produit qui existe depuis de nombreuses années, mais qui n’a jamais rencontré un franc succès. Elle présente pourtant divers avantages. Elle :

  • Favorise une bonne santé ;
  • Diminue la dépense ;
  • Dure plusieurs années ;
  • Rend la production de déchets quasi inexistante.

C’est une petite coupe que l’on insère dans le vagin comme on le fait avec le tampon. Celui-ci recueille le sang et il suffit ensuite de le vider dans les toilettes et de nettoyer la coupe pour l’utiliser à nouveau. Cette solution n’absorbe pas les bonnes bactéries qui composent la flore vaginale. De même, on peut se contenter d’une seule coupe pendant 5 ans. C’est un choix très écologique qui ne nécessite pas une trop grande dépense.

Le recyclage, et si c’était possible ?

La production de déchets durant la période menstruelle ne serait pas un problème s’il était possible de recycler les protections hygiéniques. En Italie, depuis plus d’un an, diverses entreprises envisagent cette possibilité et n’attendent que l’aval des autorités pour la mettre en place. Ces entreprises prévoient de récupérer les déchets de produits menstruels, de les transformer et de les réutiliser. Cette solution pourrait se généraliser à tous les pays et diminuer considérablement la pollution due à ces déchets.

Que retenir ? La gestion des déchets de protection hygiéniques est quasiment inexistante dans de nombreux pays. Il en résulte donc une grande pollution et une mise en danger de l’environnement. L’utilisation de produits plus écologiques comme la culotte de règles Sisters Republic et la coupe menstruelle est alors une option à envisager. Celle-ci permettra de réduire la production de déchets et peut-être de régler définitivement le problème. Mais, l’on peut également choisir d’autres options telles que le recyclage, car un changement de comportement général mettra du temps à s’opérer.

Montre plus

Simon

Écologiste, j'ai décidé de lancer ce blog afin de tenir informé la population sur les dangers que court notre planète !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close