Energie

L’État actuel du marché des fournisseurs d’énergie

Les marchés de l’électricité et du gaz : tournant d’un marché au monopole historique

Le 1 juillet 2003 a marqué un virage dans le paysage des fournisseurs d’énergie : les fournisseurs historiques n’étaient plus les seuls acteurs du marché, une concurrence a vu le jour et tend à se démocratiser de plus en plus de nos jours.

Pourtant, cette ouverture du marché a été engagée bien avant cela. En 1996, l’adoption d’une première directive Européenne concernant le gaz suivie deux ans plus tard, en 1998, par une directive sur l’électricité.

Ces directives ont pour but de construire un “marché intérieur de l’énergie” afin de créer un seul marché international.

Aujourd’hui, on compte une dizaine de fournisseurs sur le marché, chacun ayant ses caractéristiques propres le différenciant de ses concurrents. Néanmoins, avec cette multiplication d’acteurs, le consommateur se trouve parfois perdu face à tant de choix. Il est alors nécessaire d’effectuer un tour d’horizon de ces différents fournisseurs.

Eni :

Créée en 1953 en Italie, Eni (Ente Nazionale Idrocarburi) est le troisième fournisseur de gaz en France où sa part de marché atteint les 14%. Enis’est fait connaître en France par son réseau de stations essence Agip. Eni est arrivé sur le marché Français en 2007 avec sa gamme d’offres Astucio, attaquant le segment gaz naturel du marché. C’est en 2017 que la marque Italienne a annoncé son lancement sur le marché français de l’électricité.

Direct Energie :

Direct Energie, se présentant comme le premier fournisseur alternatif d’énergie est une société fondée en 2003 par Xavier Caïtucoli, Fabien Choné et Thierry Roussel. C’est en 2011 que Direct Energie annonce le rachat de poweo et c’est un an plus tard que celui-ci fusionne avec son concurrent Poweo. Direct Energie se développera ensuite en 2014 à l’international en se lançant sur le marché de l’énergie Belge. Direct Energie regroupe aujourd’hui plus de 2 millions de clients.

Mint Energie :

Mint Energie est le petit dernier des fournisseurs d’énergie. En effet, lancé le 3 avril 2017 par Budget Telecom, Mint Energie est le premier fournisseur d’électricité 100% renouvelable. Ce fournisseur mise tout sur une démarche eco responsable afin de fournir de l’électricité au plus bas coût possible tout en préservant la planète.

Ekwateur :

Créé en 2016 par Julien Tchernia et Jonathan Martelli, qui étaient à l’origine de Lampiris devenu maintenant Total Spring, est un producteur et fournisseur d’électricité verte et de gaz naturel privé. C’est l’acteur qui propose l’électricité et le gaz le plus vert du marché. De plus, est un acteur militant pour l’autoconsommation : il encourage ses clients à acheter des panneaux solaires et chaudières de dernière génération afin de devenir autosuffisants.

Ilek :

Ilek est une start-up innovante et éco-responsable créée en novembre 2016. Rattaché à Enedis, Ilek est une plateforme mettant en relation les producteurs d’électricité verte avec les éco-consommateurs. A ses débuts, la start—up comptait un demi-millier de consommateurs concentrés exclusivement dans le département de l’Ariège. Aujourd’hui, les consommateurs sont répartis en Île de France, dans le Roussillon, dans la Loire, en Bourgogne, sur la Côte d’Azur, en Seine et Marne, dans les Yvelines et les Pyrénées.
La question que nous serions en mesure de nous poser est la suivante : avec l’apparition de tous ces acteurs sur le marché, qu’est ce qui a vraiment changé ?

Avec la multiplication des acteurs sur le marché des fournisseurs d’énergie, il est parfois facile de s’y perdre parmi toutes les offres proposées. C’est pourquoi en parallèle  de la multiplication des fournisseurs d’électricité et de gaz, de nombreux comparateurs d’offres électricité ont fait leur apparition sur internet.

Parmis ceux-ci : https://www.fournisseur-energie.fr/comparatif/electricite/, l’un des comparateurs les plus simple et clair, regroupant toutes les offres des différents fournisseurs.

Etat du marché actuel des fournisseurs d’énergie

Plusieurs points peuvent être mis en lumière. Tout d’abord, la très grande offre de fournisseurs d’énergie laisse l’opportunité au consommateur de choisir et de changer de fournisseur comme bon lui semble. La multiplication des acteurs permet également d’avoir une offre plus variée. On a pu voir par exemple apparaître des offres couplées de gaz et d’électricité ou encore des offres tournées de plus en plus vers des énergies « vertes », répondant aux attentes de plus en plus écocitoyennes des consommateurs.
Enfin, les services client sont plus qualitatifs, certains ont même été primés par des labels indépendants, nous pourrions prendre l’exemple de Direct Energie qui a été élu service client de l’année.

Cette amélioration des services clients résulte du changement culturel des grands groupes vers une logique concurrentielle. Les grands groupes, ayant perdu leur monopole, redoublent d’efforts pour fidéliser les consommateurs.

Pourtant, malgré l’ouverture du marché à tous ces nouveaux acteurs, seulement 15% des sites résidentiels sont alimentés par un concurrent d’EDF. Pour ce qui est du gaz, les fournisseurs alternatifs ne se partagent que 25% des parts de marché.

Le directeur général de Direct Energie déclare même « La moitié des Français ne savent toujours pas qu’ils peuvent changer de fournisseur d’énergie », selon lui, cette désinformation viendrait des « gouvernements de droite comme de gauche qui n’ont jamais communiqué sur l’intérêt que pouvait avoir la concurrence pour le pouvoir d’achat des consommateurs ». Il y a alors un véritable manque de pédagogie de la part des acteurs historiques, dont les prix ne sont que 10% en dessous des tarifs réglementés.

De plus, depuis quelques années, une peur a fait son apparition : la peur qu’après l’ouverture du marché à la concurrence, le monopole retombe dans les mains de seulement deux ou trois acteurs. C’est ce que déclare Emmanuel Soulias, directeur général d’Enercoop : « ce qu’on peut craindre, c’est que dix ans ou quinze ans après l’ouverture à la concurrence, on retrouve une reconcentration dans les mains de deux ou trois gros acteurs, et que des acteurs comme nous qui prêchons un modèle différent, soient sacrifiés pour des questions techniques réglementaires et d’accès au marché ».

En conclusion, l’ouverture du marché aux nouveaux acteurs est un pas vers le développement d’un réseau européen où le monopole des grands groupes n’existe pas. Le futur s’annonce prometteur lorsque l’on voit que les fournisseurs alternatifs poussent les grands groupes à proposer de nouvelles formes d’énergies comme l’énergie verte et renouvelable. Néanmoins, il est infondé d’attendre de cette nouvelle configuration des résultats et bénéfices en seulement quelques années.

Montre plus

Guillaume

Passionné d'énergie, footballeur à mis temps sur fifa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close