Environnement

Coronavirus : les masques constituent-ils un danger pour l’environnement ?

Le port de masque est adopté comme meilleure protection contre le coronavirus. On se demande si le masque salvateur n’a aucun impact sur l’environnement.Quelques réponses dans cet article.

Une barrière contre la pandémie…


Les masques sont des objets ou accessoires qui servent à protéger le visage. Plus aucun doute ne subsiste quant à l’importance du port de masque de protection en cette période de pandémie. Depuis le début du déconfinement, les masques de protection contre le Coronavirus sont exigés en tout lieu, en particulier dans les espaces publics : administrations, boutiques, transports, lieux de transmission du savoir, restaurants, etc. Dans cet article, vous apprendrez de nombreuses informations sur les masques.

D’après des études scientifiques, le port de masque réduirait de plus de 60 % le risque de contamination. Étant donné que le Coronavirus s’attaque particulièrement aux voies respiratoires, les masques de protection mis à la disposition des populations protègent le visage, du nez au bas du menton. De cette façon, les voies d’entrées principales du virus sont bloquées. Ces masques de protection respiratoire empêchent l’inhalation ou l’ingestion au travers de la voie orale de particules d’air, de gouttelettes ou de poussière remplis d’agents infectieux.Les personnes infectées au Coronavirus sont encore plus visées par le port de masques, d’autant plus que leurs masques de protection limitent de façon efficace la libération dans l’atmosphère du virus. Par contre, tous les malades du Coronavirus ne présentent pas réellement de signes d’infection. L’universalisation du port de masque est donc à encourager.

… Et un danger pour l’environnement ?


Différents types de masques de protection sont disponibles. Les masques en tissu ou dits « masques de grand public » sont réalisés grâce à du textile, lavables et réutilisables. Les masques chirurgicaux sont, en principe, réservés aux professionnels de la santé et d’autres domaines. Ces masques sont pour la plupart jetables, ce qui est d’ailleurs conseillé pour éviter de se faire contaminer des suites d’une réutilisation ou d’un lavage.

Toutefois, ces masques jetables peuvent prendre environ 400 ans pour se décomposer dans la nature. Ils polluent donc l’environnement et représentent une sérieuse menace pour notre vie sur terre.

Les rues sont jonchées de masques jetables usagés qui trainent ça et là, menaçant la population tout entière

  • D’abord, la salubrité est sérieusement remise en cause, les villes deviennent des dépotoirs tant le phénomène a pris de l’ampleur. Les canalisations sont en danger pour l’évacuation des eaux usées ou de pluie ;
  • Ensuite, ces masques jetés négligemment sont de véritables armes de destruction massive, car nombreux sont ces enfants curieux qui n’hésitent pas à jouer avec des objets délaissés par terre ;
  • Enfin, le réchauffement climatique est accéléré et amplifié par ces masques qui ne sont pas biodégradables. Plus ils sont entassés, plus l’espérance de vie de la terre baisse.

Il n’y a pas de planète B


Des solutions visant à remplacer le masque de protection ou à réduire ses effets sur l’environnement sont à développer et à adopter. En prenant conscience qu’il n’existe pas de planète de rechange, des politiques écologiques peuvent être adoptées au plan individuel et communautaire pour une meilleure gestion des masques jetables usagés.

Montre plus

Simon

Écologiste, j'ai décidé de lancer ce blog afin de tenir informé la population sur les dangers que court notre planète !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close